Les descriptions des explorateurs
 
" le conflit du Sahara Occidental " édition l'Harmattan
 

Les diverses descriptions du Sahara occidental faites au cours du XIXe siècle permettent de brosser un tableau assez complet et précis de cette région et de ses populations à cette époque. A cet égard, cinq traits principaux se dégagent clairement et on peut préciser les rapports entre les nomades sahariens et le sultan marocain.

 

Tout d'abord, le Sahara occidental, c'est-à-dire la région comprise entre l'oued Draâ au nord et le cap Blanc et l'Adrar au sud, était habité par des groupes humaines différents, ayant une importance inégale et vivant dans des zones distinctes.

En 1821, Alexander Scott fut le premier à donner, en les déformant, les noms des diverses tribus ou fractions nomadisant dans cette région : les Reguibat, les Taoubalt, les Mejjat, les Izarguien, les Ouled Delim, les Arousien, les Ouled Tidrarin, les Skarna, etc.

   

Les listes de Léopold Panet en 1850 et du colonel Faidherbe en 1859 étaient moins longues et ne citaient que les principales tribus : les Ouled Delim, le Reguibat, les Arousien, les Ouled Bou Sba, ls Ouled Tidrarin, les Izarguien et les Mejjat.

Quelques années plus tard, Joachim Gatelle s'intéressait surtout aux tribus tekna au sud de l'oued Noun. En 1885-1886, les explorateurs espagnols fréquentèrent principalement d'une part les Izarguien et les Aït Moussa ou Ali dans la région du cap Juby, d'autre part les Ouled Bou Sba et les Ouled Delim dans le Rio de Oro et le Tiris.

 
Peu après, Camille Douls, qui avait séjourné chez les Ouled Delim, dressa une liste complète et détaillée des tribus nomades du Sahara occidental : il citait notamment les Izarguien, les Tidrarin, les Skarna, les Tadjakant, les Aït Oussa, les Reguibat, les Arousien, les Ouled Delim, les Mechdouf, les Ouled Bou Sba, les Ouled Sidi Mohammed et les Mejjat.
   

Ces tribus étaient d'origine différente. Les Reguibat, qui formaient deux grandes tribus (les Reguibat Sahel à l'ouest et les Reguibat Lgouacem ou Charg à l'est), descendaient des Berbères Sanhaja, qui étaient les habitants primitifs de cette région.

 
Les Berbères étaient également représentés par plusieurs tribus appartenant au groupe des Takna, notamment les Izarguien. La plupart des autres tribus descendaient des Arabes Maqil, venus au Sahara occidental au XIIIe siècle : il s'agissait surtout des Ouled Delim, des Ouled Tidrarin, des Arousien et des Ouled Bou Sba. Ainsi, les populations du Sahara occidental étaient organisées en tribus distinctes et présentaient une assez grande diversité.

Malgré cette diversité, ces populations avaient aussi de nombreux traits communs, s'expliquant par leur histoire, leurs contacts, la nature du pays et les conditions climatiques. Elles menaient un genre de vie pratiquement identique, fondé sur la nomadisation. Elles se déplaçaient constamment avec leurs troupeaux à la recherche de pâturages.

Elles avaient des activités économiques semblables : élevage, commerce, chasse ou pêche, parfois un peu d'artisanat et de culture. Il en était de même pour leurs coutumes, leur alimentation, leurs vêtements, leurs parures, leurs fêtes et leurs jeux (poésie, chants, musique, danse). Elles donnaient une instruction rudimentaire à leurs enfants, grâce à des maîtres (taleb) qui leur apprenait à lire le Coran et à écrire. Elles pratiquaient la même religion, l'islam, et y étaient très attachées. Elles parlaient la même langue, le hassanya, dialecte proche de l'arabe classique apporté par les Arabes Maqil.

Les tribus d'origine berbère, comme les Reguibat et les Tekna, s'étaient progressivement arabisées et avaient adopté le hassanya, tout en gardant une proportion variable de mots berbères. Ainsi, de nombreux éléments objectifs et concrets rapprochaient les divers groupes humains, au-delà de leurs différences, voire de leurs oppositions tribales. Au point de vue économique, social et culturel, ces populations avaient un mode de vie semblable et formaient donc un ensemble relativement homogène.

Chaque tribu (qabila) avait son organisation propre, comprenant habituellement des fractions (fakhd) et des sous-fractions (fara). A leur tour, celles-ci étaient réparties en divers campements (friq), qui comptaient plusieurs dizaines de tentes (khaima), abritant chacune une famille.
Au niveau de la tribu, de la fraction et de la sous-fraction, l'autorité s'exerçait par des chefs (cheikh) et des assemblées (djemaa). Mais il n'y avait pas de pouvoir supérieur organisé, commandant aux diverses tribus et les réunissant dans un ensemble structuré. Contrairement à ce qu'on dit parfois, l'Aït Arbaïn ou Conseil des Quarante, n'était pas une assemblée inter-tribale ou supra-tribale et ne représentait pas une autorité supérieure s'imposant à l'ensemble des populations. En fait, cette institution d'origine berbère était un conseil tribal se trouvant dans plusieurs tribus (notamment les Reguibat et les Izarguien) et se réunissant seulement dans certaines occasions.
 
Les seuls centres de pouvoir au Sahara occidental au XIXe siècle étaient, au nord, le petit Etat de l'Oued Noun, gouverné par la famille Beyrouk, et au sud, l'émirat de l'Adrar, contrôlé par la puissante tribu des Yahya ben Othman. La vaste zone située entre les deux n'était soumise à aucun pouvoir constitué, malgré l'émergence de l'autorité de Ma el Aïnin dans la Seguiet el Hamra à la fin du XIXe siècle. Elle se trouvait donc dans une véritable situation d'anarchie, au sens étymologique du terme. Cela était dû principalement au caractère presque désertique de cette région, à la vie constamment nomade de ses populations et à l'absence totale d'oasis et de villes.
 

Les tribus ne vivaient pas isolées dans leurs zones respectives. Elles avaient entre elle des relations de voisinage, surtout quand elles nomadisaient. Il existait aussi des rapports hiérarchiques, car certaines étaient soumises à d'autres et leur payaient un tribut (horma ou debiha) en échange de leur protection.

Ainsi, les Oouled Tidrarin étaient tributaires des Ouled Delim et les Mejjat, des Izarguien. En revanche, les tribus chorfa, qui descendaient (ou prétendaient descendre) du prophète Mahomet, gardaient leur indépendance : c'était le cas, par exemple, des Reguibat Lgouacem et des Arousien. Mais, en raison de l'absence d'un pouvoir supérieur et de la grande pauvreté du pays, c'était souvent la violence qui dominait les rapports entre ces populations. Certaines tribus -dites guerrières - s'imposaient par la force à leurs voisines plus faibles et pratiquaient couramment la razzia comme moyen de subsistance. Les rivalités et les luttes entre tribus, fractions et sous-fractions étaient continuelles. Les caravanes étaient souvent attaquées et dépouillées, à moins de payer pour être protégées.

A cet égard, les Ouled Delim et les Reguibat avaient une solide réputation. Alexander Scott soulignait les luttes fréquentes entre les tribus : celle à laquelle il appartenait se battait souvent avec d'autres et faisait périodiquement des expéditions de pillage ; il affirmait que les Mejjat et les Izarguien étaient toujours en guerre avec les Ouled Delim. Léopold Panet présentait les Reguibat comme une tribu guerrière, se livrant habituellement au pillage et à la razzia. Le colonel Faidherbe soulignait aussi le caractère particulièrement belliqueux des Ouled Delim, qui rançonnaient les caravanes ou les escortaient moyennant salaire ; il notait également que les Reguibat étaient en guerre avec les Tadjakant et que les Ouled Bou Sba se battaient entre eux. Julio Cervera confirmait la réputation de voleurs et de guerriers des Ouled Delim et leur domination sur les tribus des Tidrarin et des Arousien.

De son côté, Camille Douls racontait l'attaque d'une caravane de Tidrarin par un groupe d'Ouled Delim en 1887. Ainsi, l'existence d rivalités et de luttes constantes entre les tribus ou les fractions était un trait dominant, souligné par de nombreux témoignages.

Enfin, les populations du Sahara occidental se montraient très attachées à leur indépendance et à leur liberté, comme le relevaient aussi beaucoup de voyageurs, ce qui s'expliquait à la fois par leur genre de vie et leur fierté naturelle. Malgré leur organisation sociale, elles rejetaient toute autorité contraignante et ne reconnaissaient comme chefs que Dieu et Mahomet. Elles pratiquaient une démocratie très poussée, les décisions étant prises en commun et supposant l'accord de tous. Charles Cochelet soulignait l'entière indépendance des Ouled Delim, qu'il avait fréquentés.

De son côté, James Riley écrivait à propos de l'Arabe du Sahara, qu'il a bien connu : "Il est fier de pouvoir maintenir son indépendance, quoique sur un désert affreux, et il méprise ceux qui sont assez vils et assez dégradés pour se soumettre à aucune autre puissance qu'à celle du Très-Haut ; il marche la tête haute, maître unique et absolu de tout ce qu'il possède, toujours prêt à le défendre". De même, Francisco Quiroga notait "l'indépendance presque sauvage" de ces populations et leur refus de toute autorité, notamment celle du sultan marocain ; il rapportait que les Maures lui avaient dit très souvent que "l'Arabe du désert n'a pas d'autres chefs qu'Allah et Mohamed". Camille Douls écrivait également à propos des "Maures nomades" : "ils sont indépendants et ne reconnaissent aucune autorité effective". Ce goût des nomades sahariens pour la liberté et l'indépendance marquait leurs rapports internes et leurs relations avec l'extérieur, notamment avec le sultan du Maroc.

retour

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - octobre 1999 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !