Chapitre 8
 
Le début de la guerre
 
" SAHARA OCCIDENTAL : Origines et enjeux d'une guerre du désert "

 

L'administration provisoire tripartite entra en fonction quinze jours après la signature de l'accord de Madrid et commença aussitôt à préparer le transfert des pouvoirs administratifs de l'Espagne au Maroc et à la Mauritanie.

Vers la mi-janvier, toutes les troupes espagnoles avaient été évacuées vers les Canaries, laissant les grandes villes aux mains du Maroc et de la Mauritanie.

     

Mais un grand nombre d'installations plus petites et d'anciens avant-postes espagnols situés dans des régions isolées du pays furent occupés pendant plusieurs mois par le Front Polisario avant d'être finalement repris par les forces marocaines ou mauritaniennes, parfois à l'issue de violents combats.

Au printemps 1976, la majorité des Sahraouis avaient fui le territoire pour s'installer en Algérie dans des camps de réfugiés, dans la région de Tindouf.

 
 
Le 22 novembre 1975, une semaine après l'accord de Madrid, le roi Hassan nomma son directeur de Cabinet, Ahmed Bensouda, gouverneur adjoint du Sahara occidental pour le Maroc. Trois jours plus tard, Bensouda arriva à El-Aïioun après avoir traversé le pays, au départ de Tarfaya, avec le colonel Dlimi et une centaine de fonctionnaires marocains dans le premier convoi militaire marocain qui atteignit la capitale du Sahara occidental. Le 27 novembre, le ministre mauritanien de la Fonction publique et du Travail, Abdellahi Ould Cheikh, vint se joindre à l'administration tripartite, en tant que gouverneur adjoint de la Mauritanie, et plus tard dans la même journée, il retrouva Bensouda et le général G6mez de Salazar dans le bureau du gouverneur général pour leur première séance de travail. Cependant, des tanks espagnols continuaient à patrouiller dans les rues, et les banlieues sahraouies étaient toujours entourées de barbelés et de militaires, si bien que la population sahraouie d'El-Aïoun ne put guère manifester son mécontentement devant la tournure que prenaient les événements.
L'accord de Madrid fut tenu secret. Seule fut rendue publique une " déclaration de principes " qui stipulait que l'Espagne se retirerait du Sahara occidental vers la fin de février 1976 et qu'en attendant elle " procédera immédiatement à l'institution d'une administration intérimaire dans le territoire avec la participation du Maroc et de la Mauritanie et la collaboration de la Djemaa. " Les gouvernements marocain et mauritanien nommeraient chacun un gouverneur adjoint chargé de travailler avec le gouverneur général espagnol. On ne disait rien sur ce qui se passerait à la fin de cette période transitoire. La déclaration soulignait que " l'opinion de la population sahraouie, exprimée par la Djemaa, serait respectée " et ne faisait aucune allusion au partage.
En réalité, on n'avait nullement l'intention de respecter les vues des Sahraouis. La déclaration de principes ne mentionnerait pas l'ancien projet de référendum, auquel, bien entendu, le Maroc et la Mauritanie étaient résolument hostiles.
 
La Djemaa n'était pas à proprement parler un organe représentatif et était considérée par les nationalistes sahraouis, qui n'avaient jamais rien eu à voir avec elle, comme une assemblée d'éléments conservateurs collaborant avec les autorités coloniales. Elle n'avait pas été élue au suffrage universel, et même dans l'Espagne métropolitaine, il n'y avait pas eu d'élections démocratiques pendant la période franquiste.
Curieusement, juste un an auparavant, le 30 septembre 1974, Laraki avait lourdement insisté sur le caractère non-représentatif de la Djemaa, la décrivant, lors d'un discours prononcé devant l'Assemblée générale de l'O.N.U., comme " purement et simplement désignée par les autorités espagnoles " . Mais maintenant, le roi Hassan et le président Ould Daddah prévoyaient que ses membres seraient toujours aussi maléables, et qu'ils entérineraient les projets de partage, leur donnant ainsi un semblant de légitimité démocratique.
   

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - octobre 1999 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !