1979, le tournant
 

Début 1979, elles lancent l'opération Houari Boumediène, ainsi en hommage au président algérien qui vient de s'éteindre. Il s'agit d'une offensive d'envergure à travers tout le territoire et au delà des frontières du Sahara Occidental. L'opération débute par une attaque contre le dispositif marocain installé autour du centre minéralier de Bou Craa, suivie peu après par une offensive semblable contre Tan-Tan, une base logistique au sud du Maroc. Les paysans du Rif ou de l'Atlas qui constituent le gros des troupes marocaines et leur méconnaissance du désert leur est fatale face à un adversaire qui s'y déplace en toute aisance. Les Sahraouis mettent en déroute plusieurs unités marocaines, capturent des centaines de prisonniers, récupèrent nombre de véhicules et de l'armement, des munitions et du carburant.

Les trois quarts du Sahara Occidental se retrouvent sous contrôle du Polisario. Et les coups sont portés à l'intérieur même des frontières du Maroc au sud de l'oued Draa.

Le général Chazli, ancien chef d'état-major de l'armée égyptienne, qui participe au troisième anniversaire de la RASD, le 27 février 1979, déclare " le matériel récupéré que je viens de voir prouve que l'ALPS est une armée très bien organisée et puissante, qu'il y a une stratégie bien définie et que de très grandes batailles ont eu lieu avec l'ennemi " ". Quelque temps plus tard, il avoue qu'il n'y aurait jamais cru s'il ne s'était pas rendu sur place ".

Le même mois, Brahim Ghali, membre du conseil du commandement de la Révolution et ministre sahraoui de la défense, dans une conférence de presse en territoire libéré, déclare : " La seule arme que nous avons et que les Marocains ne possèdent pas et ne peuvent posséder, est notre profonde conviction dans notre juste combat, en nous-mêmes, en la force de notre peuple et en la victoire finale. Nous maîtrisons l'initiative sur le terrain, nous menons comme nous voulons, où nous voulons et quand nous voulons les combats, contrairement aux forces monarchistes qui sont cantonnées dans une nette position de défensive.

(…) Nous comptons faire de l'année 1979, une année décisive, catastrophique pour les forces armées marocaines ".

 

Le 5 août 1979, est signé à Alger un accord de paix entre le Front Polisario et la Mauritanie. Par cet accord, notamment, " la République islamique de Mauritanie déclare solennellement qu'elle n'a et n'aura pas de revendications territoriales ou autres sur le Sahara Occidental ; (,elle) décide de sortir définitivement de la guerre injuste du Sahara Occidental suivant les modalités arrêtées en commun accord avec le représentant du peuple sahraoui, le Front Polisario. Le Front Polisario décide solennellement qu'il n'a et n'aura pas de revendications territoriales ou autres sur la Mauritanie.

Le Front Polisario, au nom du peuple sahraoui et la République islamique de Mauritanie décident par le présent accord de signer entre eux une paix définitive "

Neuf jours plus tard, le 14 août, le Maroc envahit la zone mauritanienne " du Sahara Occidental.

retour    

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - octobre 1999 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !