Chapitre 3
La colonisation Espagnol
 
" SAHARA OCCIDENTAL : Origines et enjeux d'une guerre du désert "

Après l'occupation tardive d'Ifni et des points stratégiques situés à l'inté-rieur du Sahara occidental au printemps et au début de l'été 1934, les deux territoires furent intégrés, pour des raisons pratiques, à la structure administrative du Maroc espagnol.

En vertu d'un décret mis en vigueur par le gouvernement républicain espagnol le 29 août 1934, le haut-ommissaire du protectorat espagnol au Maroc, basé à Tétouan, acquit en outre le titre de gouverneur général d'Ifni, du Sahara espagnol et du Rio de Oro. L'autorité administrative passait de Tétouan à Sidi Ifni et Tarfaya, où deux delegados gubernativos étaient responsables devant le gouverneur général respectivement pour l'administration d'Ifni et celle des territoires sahariens, et de Tadaya à Villa Cisneros et La Guëra où l'administration locale était supervisée par deux comandantes ./..

   

La longue et sanglante guerre civile qui se déroula en Espagne de 1936 à 1939 ne laissa quasiment aucune trace au Sahara occidental. Les forces franquistes recrutèrent fort peu de Sahraouis, tandis que 14 % des Musulmans de la zone de protectorat espagnol du Nord marocain avaient été enrôlés en 1937. La seule répercussion de la guerre civile espagnole sur 1e Sahara fut l'incarcération de prisonniers politiques républicains des Iles Canaries dans le camp de Villa Cisneros, d'où un groupe de détenus s'évada héroïquement en mars 1937 et s'enfuit au Sénégal à bord d'un bateau de pêche. Pendant les premières années de la Seconde guerre mondiale, tandis que les armées de l'Axe marchaient sur l'Europe, les idéologues du Nuevo Estado espagnol commencèrent à nourrir le projet d'une expansion impérialiste en Afrique du Nord-Ouest, au détriment de la France. Ainsi, en 1942, le gouvernement espagnol publia un livre intitulé Aspectos de la misi6n universel de España, et écrit par un membre éminent de la Société des Études internationales et coloniales, José Maria Cordero Torres, qui affirmait que " l'espace vital de l'Espagne " comprenait non seulement ses petites possessions actuelles en Afrique mais aussi la zone du Maroc sous protectorat français, la plus grande partie de la Mauritanie et la région d'Oran en Algérie, et certaines parties du territoire adjacent au Rio Muni administré par la France.

Concernant le Sahara occidental, Cordero Torres exhortait à "une occupation plus complète et plus permanente qui aurait consisté à installer une série de postes reliés par un réseau routier, le long de la côte et des frontières et à augmenter le nombre des forces d'occupation réparties en unités mixtes et en services spéciaux" ; enfin, il proposait que le traité signé en 1886 avec l'émir de l'Adrar fût considéré comme justifiant l'extension de la colonie saharienne de l'Espagne à la Mauritanie, jusqu'à Tichit, à environ 500 kilomètres de ses frontières existantes.

Cependant, la seule tentative d'expansion coloniale que fit l'Espagne pendant la guerre fut l'occupation de Tanger en mars 1941, et elle fut de courte durée. Tanger fut en effet évacuée lorsque les Alliés débarquèrent au Maroc en 1942 ; et quand les puissances de l'Axe en furent réduites à la défensive, les rêves phalangistes de gloire impériale en Afrique firent long feu./..

   

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - octobre 1999 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !