Sahara Info
numéros 38/39 - octobre novembre 1979 -
 
En route vers Smara !
Une délégation de l'Association en R.A.S.D.
 

Une délégation de notre Association, composée de Jean-Paul MEYER, Denis PRYEN et Régine Villemont, une représentante d'un Comté de province (Le Mans), vient de visiter la R.A.S.D. pendant 8 jours. Son séjour a coïncidé avec l'attaque contre la ville de Smara.

Quelque temps auparavant c'était Lebouirate qui subissait le même sort. Au départ de la délégation c'était au tour de la ville de Mahbès et des troupes morocaines y stationnant de subir un assaut sahraoui. La délégation a été fortement par les progrès de la lutte du peuple sahraoui pour reconquérir son territoire envahi par l'armée marocaine. Elle publie ci-dessous les premières impressions de son voyage. Cet article sera suivi de plusieurs autres dans les prochains numéros de Sahara Info.

 
Le Sahara occidental libéré !
 
On dit que le Sahara occidental est occupé par l'armée marocaine. C'est faux. Oue le roi du Maroc - contre l'avis de la Cour Internationale de La Haye, les décisions de l'ONU et de l'OUA - veuille annexer le Sahara occidental est un fait. Mais l'armée marocaine n'occupe pas, ou tout au moins n'occupe plus. Certes, elle tient encore quelques garnisons et villes. Mais c'est tout.
En réalité, l'ensamble de la R.A.S.D. est "occupée" par les Sahraouis. Ils y circulent en toute liberté. Nous y avons fait plus de mille kilomètres en Land Rover. C'est une expérience étonnante.
Dès qu'il y a un arbre, un creux de dune, un amas de roches, il y a un poste du Front Polisario. Ce dernier contrôle les alentours. Durant notre périple nous avons croisé, de jour comme de nuit, des centaines de voitures du Front Polisario, consommé de l'essence, prêté notre roue de secours à une Land Rover qui en manquait et même cassé notre direction. Il suffisait d'une halte, durant laquelle les sahraouis faisaient du thé, pour voir revenir la Land Rover le plein d'essence fait, la direction réparée ou munie d'une nouvelle roue de secours.
En plein désert, partout, des caches, du ravitaillement, de l'essence et des ateliers de réparation. Sans sahraouis à vos côtés vous ne faites pas un kilomètre. Avec eux, vous pouvez aller partout... Oui, les Sahraouis contrôlent leur territoire, leur pays, la République Arabe Sahraouie Démocratique.
 
Villes occupées - villes libérées
 
Les villes ou garnisons occupées par l'armée marocaine (voir carte) ont été transformées en véritables camps retranchés. Ainsi, à Smara, lors de l'attaque sahraouie, il y avait quelques 6000 soldats marocains, et des défenses ceinturant la ville sur une profondeur de 10 à 14 kilomètres. Le ravitaillement se fait maintenant exclusivement par avion, tous les convois terrestres étant systématiquement attaqués et détruits.
Les sahraouis se trouvant dans ces villes sont en situation d'otages. Outre la répression qu'ils subissent, ils sont utilisés par l'armée marocaine pour être mis en première ligne lors des attaques menées par le Front Polisario. L'Etat Major marocain espère ainsi empêcher les offensives du Front Polisario. Ce dernier est donc amené à prévoir à chaque opération la possibilité d'évacuer les populations civiles qui fuient la ville attaquée afin de rejoindre leurs compatriotes.
Aujourd'hui l'armée marocaine se cantonne exclusivement dans une dizaine de points. Les autres villes ou "villages" ont été libérés par le Front Polisario. Si la population civile n'a pas encore réhabité ces villes fortement endommagées par les bombardements et combats, les combattants sahraouis y circulent librement et y bivouaquent même. Ainsi, notre délégation a pu dîner à Tifariti, dans l'ancien mess des officiers marocains.
 
Les avions " mirages " de Giscard contre le peuple sahraoui
 
Non ce n'est pas un mirage ! La devant nous se trouve une ogive n° 30 MM CS9 MP 73 tirée par un de ces 24 "Mirages" français livrés par le gouvernement français au roi Hassan II Ces avions ont essentiellement largué contre les Sahraouis des bombes au phosphore, arme interdite par la convention de Genève. Des dizaines de témoins sahraouis nous l'ont redit ainsi que de nombreux prisonniers marocains. Oui, les "Mirages" sont intervenus contre le Front Polisario pendant la bataille de Smara. Où est la fameuse neutralité tant proclamée du gouvernement français !
 
Le désert
 
Le désert. Nous l'imaginions comme un terrain insupportable. Il n'en est rien. Le paysage change sans cesse. Dalles de pierre, roches énormes, petits ou gros cailloux, sables de toutes les couleurs (jaune, ocre, gris, noir...) et de toutes les consistances (nappes de sable mou ou seule une Land Rover peut passer ou bien surfaces de sable dures comme du béton...).
Mais comment peut-on se diriger et survivre sur un tel terrain ? Ces questions amusent beaucoup nos amis sahraouis. "Le .Sahara, il n'est hostile que pour ceux qui n'y habitent pas ! Vous n'avez pas vu que depuis ce matin nous sommes passés à côté de trois points d'eau ?"

Pour eux tout semble possible. On ne sait pas comment ils se repèrent. Mais le fait est qu'après 1, 5 ou 10 heures de voiture, on arrive toujours à l'endroit prévu. En réalité la réponse est simple : ils connaissent parfaitement leur pays. Ces quelques remarques ne constituent qu'une toile de fond.

Mais peut-être permettront-elles de mieux saisir l'importance des victoires déjà acquises, et de mieux connaître ce qu'est le pays sahraoui. Egalement l'importance des luttes en cours. Les sahraouis mènent de front la lutte pour la libération de leur territoire, et en même temps, préparent l'avenir. Nous aborderons dans les prochains numéros de Sahara Info la vie dans les campements, les Internats, les camps de femmes, etc ...

 
Jean-Paul MEYER
retour

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - octobre 1999 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !