La faiblesse de la présence espagnole
 

En raison de sa faiblesse, l'Espagne n'avait pu jouer qu'un rôle dans la course aux colonies des puissances mondiales.

Vers 1914, les plus grandes puissances s'étaient octroyées 65 millions de kilomètres carrés de territoire colonial ; la Grande-Bretagne en avait acquis à elle seule presque 35 millions de kilomètres carrés. L'Espagne, en revanche, n'avait réussi à annexer que 350.000 kilomètres carrés dont les 6/7 étaient désertiques et le reste partagé entre le Rio Muni et Femando Po en Afrique de l'Ouest, Ifni et la zone de protectorat espagnol très aride située au nord du Maroc ; de plus, dans les années 1890, l'Espagne avait dû abandonner les deux colonies qui lui restaient en Amérique, Cuba et Puerto Rico, ainsi que les Philippines.

Au Sahara, l'Espagne obtint 291.6oo kilomètres carrés en signant des accords avec la France : un peu moins de 25.600 kilomètres carrés dans le Maroc méridional espagnol, environ 82.000 kilomètres carrés dans le Seguiet el-Hamra et un peu plus de 184.000 kilomètres carrés dans le Rio de Oro.

 
Mais tout ceci n'existait que sur le papier. Dans la pratique, la présence espagnole était limitée, à cette époque, à la minuscule installation de Villa Cisneros ; et même si deux autres comptoirs furent implantés sur la côte saharienne en 1916 et 1920, on ne fit rien avant 1934 pour contrôler les régions situées à l'intérieur, soit presque cinquante ans après la fondation de Villa Cisneros.
 

Ils n'avaient pas les moyens de les soumettre, et n'en voyaient pas l'utilité tant que ces nomades ne s'attaquaient pas aux petits postes espagnols de la côte.

S'il est vrai que les nomades, livrés à eux-mêmes, ne s'en prirent presque jamais aux Espagnols assez pacifiques, ils utilisèrent en revanche l'arrière-pays de la colonie espagnole comme refuge pour lutter contre les tentatives françaises, beaucoup plus agressives et plus déterminées, en vue de soumettre les territoires d'alentour.

retour

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - octobre 1999 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !