LES PHOSPHATES MAROCAINS

Il est nécessaire pour cerner l’intérêt des phosphates sahraouis, récupérés et intégrés dans la production phosphatière marocaine, d’étudier les phosphates marocains afin d’approcher la « contribution forcée » des phosphates sahraouis à ceux du Maroc.Le Maroc possède les trois quarts des réserves mondiales de phosphates (Jean François Troin, opus cité). Selon l’U.S.G.S. (www.usgs.gov) (United States Geological Service), les réserves mondiales se répartissent, en 2001, selon le tableau suivant.

RESERVES MONDIALES DE PHOSPHATES
les données sont exprimées en milliards de tonnes

Maroc et So
Chine
U.S.A.
Afrique du Sud
Jordanie
Russie
Israël
Syrie
Tunisie
Brésil
Sénégal
Togo
Total Mondial
13.3
5.5
2.5
2.0
1.3
0.6
0.5
0.45
0.35
0.35
0.085
0.04
29.5

Si les chiffres divergent un peu, il n’en reste pas moins vrai que le Maroc possède, en propre, les plus importantes réserves mondiales de phosphates. Celles-ci ont été découvertes en 1921 et exploitées depuis cette date par l’O.C.P. (L’Office Chérifien des Phosphates).


L’Office Chérifien des Phosphates.

Les phosphates marocains ont toujours été exploités depuis 1920 par l’Office Chérifien des Phosphates, organisme d’Etat, devenu Groupe OCP en 1975. L’office emploie plus de 25 000 personnes, pour un C.A. à l’exportation de 1,28 milliard de $ en 2000 (www.ocpgroup.ma). L’O.C.P. est le 1er. exportateur mondial de phosphates (10,1 millions de tonnes), d’acide phosphorique (1,4 millions de tonnes) et d’engrais phosphatés (2,2 millions de tonnes). Les exportations de l'O.C.P. touchent actuellement les cinq continents et concernent une quarantaine de pays de par le monde. Depuis des années, le Maroc se place au 2e. ou 3e. rang de la production mondiale de phosphates bruts.

Les mines sont situées sur trois lieux différents : à Kouribga (120 kilomètres au sud-est de Casablanca), à Youssoufia (90 kilomètres au nord de Marrakech) et à Ben-Guérir (90 kilomètres au nord-ouest de Marrakech). Comme au Sahara occidental, le minerai de phosphate est de type sédimentaire, c’est-à-dire que le phosphate est présent dans des sables ou des calcaires et mélangé à ceux-ci. Les couches de minerai sont horizontales et exploitées soit à ciel ouvert, soit par des galeries. La concentration en P2O5 place ces minerais en 1er. ou en 2e. position mondiale.

PRODUCTION MONDIALE DE PHOSPHATES BRUTS (www.usgs.gov)
Chiffres en millions de tonnes.
(N.B. : URSS : à partir de 1994, chiffres de la seule Russie, les chiffres concernant le Maroc incluent la production de la R.A.S.D.)

 
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
USA
46.3
48.1
34.6
67.5
41.1
43.5
45.4
45.9
44.2
40.6
38.6
34.2
Maroc et So
21.4
17.9
19.1
18.3
19.8
20.2
20.8
23.0
24.0
24.0
21.6
22.0
Chine
21.6
22.0
23.0
24.0
26.0
21.0
21.0
20.0
25.0
25.1
19.4
20.0
URSS
36.2
28.4
X
X
7.9
8.8
8.5
7.5
9.8
11.1
11.1
10.5
Tunisie
6.2
6.3
6.4
5.5
5.7
7.4
7.1
7.0
7.9
8.0
8.3
8.1
Jordanie
6.1
4.4
4.3
3.6
4.2
5.0
5.3
5.9
5.9
6.0
5.5
5.5
Israël
3.5
3.4
3.6
3.6
4.0
4.0
3.8
4.0
4.1
4.1
4.1
4.0
Brésil
3.0
3.3
2.8
3.4
3.9
3.5
3.6
3.8
4.3
4.1
4.9
5.0
Afrique du Sud
3.2
3.2
3.0
2.5
2.5
2.8
2.7
3.0
2.8
2.9
2.8
2.8
Togo
2.3
2.9
2.1
1.7
2.1
2.0
2.6
2.6
2.2
1.7
1.3
0.8
Sénégal
2.1
1.7
2.3
1.7
1.6
1.6
1.6
1.5
1.3
1.8
1.8
2.0
Total mondial
162
150
141
121
128
131
133
138
145
141
133
128

LES EXPORTATIONS DES PHOSPHATES MAROCAINS

EXPORTATIONS MONDIALES DE PHOSPHATES BRUTS (Cyclope, sous la direction de Philippe Chalmin, Les marchés mondiaux, Economica, Paris, 2001) Chiffres en millions de tonnes

 
1984
1985
1986
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Maroc et So
15.5
14.4
13.7
11.6
9.1
9.1
8.4
9.5
9.4
10.1
11.7
11.7
11.4
USA
11.5
10.3
9.0
6.8
5.7
3.7
3.6
3.3
3.1
1.6
0.3
3.1
0.3
Jordanie
4.7
4.6
5.2
4.8
4.2
4.2
4.2
3.8
3.9
4.4
4.4
3.7
X
Israël
X
X
X
X
X
X
2.6
2.4
2.0
2.0
1.5
1.5
1.2
Total mondial
47.9
46.2
44.3
37.2
30.9
28.0
26.8
27.9
28.7
28.7
27.2
30.6
29.0

Il faut noter de fortes disparités entre les pays producteurs et les pays exportateurs de phosphates, disparités qui s’expliquent soit par une auto-consommation, cas de la Chine, soit par la transformation des phosphates en produits dérivés (acide phosphorique, engrais phosphatés) dans le pays, cas de la Tunisie, produits qui seront ensuite exportés mais qui ne sont pas comptabilisés dans le tableau.

En exportant 95% des phosphates, transformés ou non, qu’il extrait de son propre territoire et de celui du Sahara Occidental, le Maroc est de loin le 1er. exportateur dans ce domaine puisqu’il fournit plus du 1/3 des exportations mondiales de phosphates.

En valeur, les exportations marocaines de phosphates représentent une somme variant de 1,45 milliard (1999) à 1,23 milliard de $ (2001) (www.ocpgroup.ma), montant qui représente 15% au moins des exportations totales du Maroc, celles-ci étant de 10.15 milliards de dollars U.S. et le P.I.B de 35 milliards de $ (www.1stmaroc.com). Les recettes liées à l’exportation des phosphates viennent après celles des transferts des émigrés (2.13 milliards d’Euros) et celles du tourisme (2.06 milliards d’Euros).

Le Maroc exporte de 10.5 à 11.5 millions de tonnes de phosphates, soit la moitié de sa production de minerais. Il s’assure ainsi 35% du commerce en ce domaine et la première place mondiale. Concernant l’acide phosphorique (H3PO4), résultant de la transformation des phosphates et produit sur place, il contrôle 45% du marché mondial tout en étant le deuxième exportateur d’engrais phosphatés. Le Maroc est ici en position dominante. Trois pays captent plus de 50% des exportations marocaines de phosphates bruts : les U.S.A., l’Espagne et le Mexique.

L’Europe a consommé 3.12 millions de tonnes de P2O5 en 2001, ce qui a nécessité 10 millions de tonnes de phosphates bruts pour son élaboration, dont le Maroc a fourni 3.58 millions de tonnes. Elle a importé en provenance de ce pays 1.47 million de tonnes d’acide phosphorique et d’engrais phosphatés. L’Europe importe du Maroc plus du tiers de ses besoins en phosphates et assimilés.

En 1996, la France a acheté 1.6 million de tonnes de phosphates, dont 13% au Maroc, qui ont été utilisés par l’industrie des engrais (77%) et pour d’autres usages (23%) : alimentation animale, fabrication de phosphore et de détergents (www.sfc.fr).

Quant à l’Espagne, elle capte plus de 50% des importations européennes de phosphates en provenance du Maroc (1.9 million de tonnes).

Concernant les autres pays d’Europe (www.oc.gov.ma), l’Italie achète pour 38.6 millions d’Euros de produits phosphatiers marocains pour un montant total d’importations marocaines de 438.45 millions d’Euros, pour l’Allemagne les chiffres sont de 3.92 et de 360.7, pour la Hollande : 26.86 et 162.6, pour le Royaume Uni : 46.04 et 630.95 et pour l’U.E.B.L. : 70.43 et 193.75 millions d’Euros.

En Asie, ce sont surtout, la Chine, l’Inde, la Thaïlande et Taïwan qui sont les principaux importateurs des phosphates et/ou produits phosphatiers marocains destinés à ce continent.

PAYS IMPORTATEURS DE PHOSPHATES MAROCAINS
Données en millions de tonnes et en millions de dollars (Source : www.ocpgroup.ma Année 2001)

 
POURCENTAGE
VOLUME
VALEUR
EUROPE
Dont Espagne

33%
17%

3.85
1.9
128.7
66.3
USA
23%
2.49
89.7
AMERIQUE DU SUD
Dont Mexique
17%
70%

1.84
1.3

66.3
46.4

ASIE
10%
1.08
39.0
Ex.URSS
9%
0.97
35.1
AUSTRALIE
8%
0.86
31.2
TOTAL
100%
10.85
390.0

PAYS IMPORTATEURS D’ACIDE PHOSPHORIQUE ET D’ENGRAIS MAROCAINS
Données en millions de tonnes et en millions de dollars

 
POURCENTAGE
VOLUME
VALEUR
ASIE
46.5%
1.82
388.7
EUROPE
37.5%
1.47
313.5
AMERIQUE DU SUD
10.0%
0.39
83.6
AUSTRALIE
6.%
0.23
31.2
TOTAL
100%
3.92
836.0


UTILISATION POLITIQUE DES PHOSPHATES PAR LE MAROC

Bien évidemment, le Maroc a cherché à utiliser sa position de quasi monopole pour tenter de faire pression sur les pays demandeurs de phosphates en vue d’infléchir leur politique dans le conflit du Sahara occidental. Ainsi, lors de la visite en Inde du premier ministre marocain, en février 2000, Monsieur Youssoufi tenta en vain de faire revenir l’Inde sur sa reconnaissance de la RASD (www.marocnet.net.ma)

En 1978, lors des négociations sur un approvisionnement en phosphate à long terme entre l’URSS et le Maroc, l’accord sur les phosphates était assorti d’un accord sur la pêche qui précisait que les bateaux de l’URSS n’opéreront pas dans le domaine maritime sahraoui, clause que le Maroc ne souhaitait pas voir figurer afin d’y voir une reconnaissance de l’occupation du Sahara occidental. (Elsa Assidon, Sahara Occidental, Un peuple et ses droits, L’Harmattan, Paris 1978) Le conflit RASD / Maroc est ainsi jalonné par les pressions du Maroc utilisant l’arme des phosphates.

« Le Maroc utilisa souvent l’arme du phosphate pour tenter de « neutraliser » les votes à l’ONU de puissances favorables aux droits des Sahraouis à déterminer leur destin. (www.sahara-occidental.com)»

Collectif d'initiatives pour la connaissance du Sahara Occidental - mai 2003 contactez nous !un peu d'aide !l'équipe !